Histoire de rues

Impasse Joseph-Marie Boissière

Joseph-Marie Boissière (1876-1974) est l’un des plus célèbres peintres du Rabastinois, mais il n’eut pas la renommée qu’il méritait en dehors de sa région natale.


Né et mort à Rabastens, il a fait du Tarn son unique source d’inspiration. Il s’est délecté des eaux de sa rivière et a apprivoisé à toutes les heures du jour, les ombres et lumières de paysages enflammés par un soleil matinal ou un coucher de soleil.


« Rabastens au soleil levant », « Le Tarn et ses remparts », « La plaine du Tarn vers Saint-Sulpice-la-Pointe »…Autant de visions magnifiées, à la Turner, de ce cours d’eau et des villes que ce dernier traverse, souvent réalisées depuis Couffouleux.


Nombre de ses œuvres sont visibles au Musée du pays rabastinois et il a eu les honneurs, en 2007, du célèbre Musée Ingres, à Montauban, dans le cadre de l’exposition « le Tarn en majesté ».


D’où le choix de donner son nom à une impasse du quartier des Moussoulars.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


J.-M. Boissière, Le Carmel et Notre-Dame du Bourg au soleil couchant,
vers 1925-1930, huile sur toile, 45 x 46 cm.

Rue Roger-Bellegarde


Qui était Roger Bellegarde ? Compagnon du Tour de France, Roger Bellegarde fut une grande figure de Couffouleux. Né à en 1910, il fut un charpentier hors pair, qui a contribué à la construction de très nombreuses maisons à Couffouleux et dans les environs. Outre ces témoignages bien vivants, des preuves de son très grand talent d’artisan sont visibles dans une salle du Musée du Pays Rabastinois, ainsi qu’à la mairie de Couffouleux, où est exposée la superbe maquette de charpente qui lui a valu le titre de Meilleur Ouvrier de France en 1982. Cet ouvrage y est visible depuis le 17 Juin 1993, jour de l’inauguration de la rue Roger-Bellegarde par le Préfet du Tarn et le Président du Conseil Général.


Rue Roger-Bellegarde