La passerelle

Le pont reliant Rabstens à Couffouleux n’offre pas de circulation apaisée pour les piétons et les vélos. Il ne facilite pas les déplacements doux, ni l’accès à la gare SNCF pour tous ceux qui veulent se rendre à Toulouse, notamment, sans utiliser la voiture.

Sécurisation des déplacements sur le pont

Compte tenu du nombre toujours croissant de véhicules empruntant la départementale et donc ce pont, plusieurs initiatives ont été prises pour tenter de sécuriser les déplacements doux ou diminuer la circulation routière.

Ainsi, la navette bus gratuite Passe-Pont a été mise en place et des voies cyclables ont été tracés sur le pont.

Relance du projet de passerelle

Sensible aux revendications exprimées par des associations locales, collectifs citoyens ou habitants des deux communes; le projet d’une passerelle destinée aux piétons et aux vélos a été lancé il y a une quinzaine d’années ; il fait l’objet de plusieurs études réalisées par le bureau d’études EGIS.

Maintenant, signalons que la loi d’orientation des mobilités du 24 décembre 2019 vise à faire de la France un pays dans lequel les mobilités intègrent des enjeux environnementaux, en triplant notamment la part du vélo pour atteindre 9% d’ici à 2024. Un appel à projet pour le financement d’aménagements cyclables a donc été lancé par l’État en Occitanie. Il vise à soutenir les maîtres d’ouvrage publics en leur apportant des financements complémentaires.
Cet appel à projet a fortement motivé les municipalités de Rabastens et Couffouleux pour
réaliser une nouvelle étude de faisabilité de cette passerelle

La dernière étude faite par INGEROP a permis d’évaluer la faisabilité technique et financière et de prendre en compte l’environnement complexe (la passerelle faisant 180 mètres). On peut voir une photo montage donnant une idée du projet.

Le coût du projet varierait entre 8 et 10 millions d’euros TTC. La somme est considérable,
même partagée entre les deux municipalités, et dépasse aujourd’hui leurs possibilités
financières. Elle ne peut se faire sans subventions, qui devront s’élever a minima à 80 % du coût total. Les appels à projet disponibles aujourd’hui aux plans national ou européen ne
permettent pas pour le moment d’accéder à ce niveau de subvention. Ni le Département, ni la Région ne soutiendront un tel investissement.


Pour autant, ce projet n’est nullement abandonné par les deux communes qui vont travailler ensemble sur leur plan vélo, et qui vont continuer à chercher ardemment des opportunités de financement.


Par ailleurs, les deux maires ont interrogé, en début 2022, le président du département sur la faisabilité d’un aménagement du pont sur le Tarn visant son élargissement pour sécuriser la circulation des piétons et des vélos entre les deux communes. Cette hypothèse avait été envisagée lors des premières études de 2010. Plusieurs difficultés ont fait que le
Département qui détient la compétence voirie sur cette route départementale, exclut
pour l’instant des travaux d’envergure sur le pont (structure du pont, étroitesse de la rue
du Pont del Pa côté Rabastens, coût important…)

Dès que nous aurons plus d’informations sur cette hypothèse, nous communiquerons aux Rabastinois et aux Couffoulésiens.